Pierre Jahan (1909 -2003), Photographe. Un homme, une passion, un témoin du XXème siècle.
1909 -2003 Pierre Jahan Photographe Un homme, une passion, un témoin du XXème siècle.

Fantaisie

"A un de mes amis qui me reprochaient de m'amuser en travaillant, je lui fis cette réponse : je n'y peux rien, c'est la vie qui me pousse à être fantasque."


Nature

"Les paysages comme les animaux m'ont toujours fascinés. La mer et les vagues sont des sujets photographiques inépuisables. J'aime aussi les bêtes. Elles le sentent et me le rendent bien. Je n'ai eu que de bons souvenirs des reportages photographiques réalisées avec elles."


Nus

"D'aucuns ne verront dans la photographie du nu féminin que prétexte érotique. Ceux-là feront bien rarement de bonnes photos. Votre curiosité doit, d'abord, être celle de l'artiste - en toute humilité."


Paris

"J'ai de tout temps aimé la nuit... mais combien différentes des mes clairs de lune sur la Loire étaient les lumières de la ville ! Un Paris nocturne aussi vivant que le Paris diurne. En 1933, en quasi-totalité, la cité était faite de pierre, cette pierre qui, de jour comme de nuit, sait si bien refléter la lumière." 


Patrimoine

"J'ai vraiment joué de la pellicule avec les vieilles pierres, les églises, les belles demeures, les sculptures, les architectures intérieures et extérieures. J'eu parfois LA révélation comme pour les chapiteaux de l'église de Chauvigny où la sculpture romane n'a jamais été plus loin dans les domaines de l'imaginaire et du surréalisme. "


Publicité

"La photographie publicitaire ne devrait pas, à mon avis, avoir pour seul but la représentation parfait du sujet ou de l'objet présenté ; elle doit, avant tout, créer un effet de surprise, attirer l'attention ; l' insolite n'est peut-être pas l'unique recette mais elle est bonne."


Reportage industriel

"Jamais je ne me suis senti aussi libre que lors de mes reportages industriels." 


Surréalisme

"Le surréalisme... tire grand parti de l'équivoque et se prête à nombre de transposition » disait André Breton. Je pense que le photographe qui tant suggère, décrit ou trouve (s'il a le devoir de ne jamais falsifier) a aussi le droit d'utiliser ses clichés comme un matériau susceptible d'engendrer le Rêve. Le Surréalisme est souvent dérisoire ou cruel, pourquoi ne pourrait-il pas être aimable et poétique ?"